Il existe différentes manières de tester ses ingrédients. La plus facile consiste à faire un brassin de très petite taille (5 litres pour les miens) afin de ne pas avoir 20 litres de bière à jeter si le test n’est pas concluant. Une autre possibilité est de faire un brassin plus gros (20 litres par exemple), de le séparer en plusieurs parties à un moment précis du brassage afin de tester l’apport d’un ingrédient ou d’une technique à un brassin. Je fais ce genre de test pour tester différentes levures, tester du houblon,… Vous pouvez en voir un exemple de ce genre de test lorsque je vous ai parlé du dry hopping.

Il existe aussi des tests permettant de voir l’apport d’un seul ingrédient, se passant sur des volumes beaucoup plus petits (500ml, 1 litre,…). C’est ce que nous allons voir ici.

Une journée de brassage prend du temps et je ne sais pas pour vous mais pour moi, les journées sont d’habitude fort chargées. Si je peux éviter de gaspiller une journée de brassage pour mes tests, je prends! Les premiers tests dont je vous ai parlé prennent une journée de brassage. Si je peux faire un test sur une période plus courte, c’est mieux mais compliqué car la bière a besoin de fermenter afin que l’on puisse connaitre le goût final. Cela prend du temps.

Pour réaliser ce test, je me suis inspiré d’un article publié sur le site brewgeeks.com . Je l’ai un peu adapté à ma facon de faire. Voici le résultat.

Avant de commencer le test

Avant de commencer, je dois vous dire que j’avais quelques réticences. Principalement sur les points suivants :

  • L’auteur utilise le micro-onde. Je ne suis pas très pour mais il s’agit d’un test. Ce n’est pas pour la bière finale. J’ai donc quand même opté pour suivre cette indication.
  • Il utilise un « carbonator cap » au lieu de la fermentation en bouteille. Je n’aime pas cette technique et ne l’ai donc pas utilisée.

Marche à suivre pour tester ses ingrédients

Avant de me décider à tester des recettes fort complexes, j’ai décidé de tester le test avec du malt de base (Vienna pâle 7 EBC) et ce même malt de base combiné a du malt cara-crystal 120 EBC. Le but étant de voir le goût ajouté par le cara-crystal. J’ai utilisé du malt Vienna pâle en grain et pas d’extrait de malt tout simplement parce que je n’en avais plus mais cela peut tout  à fait marcher avec de l’extrait de malt. Cela rendrait même la chose plus facile pour le test je pense.

Comment faire sa bière : Tester ses ingrédients

Différents malts à tester

J’ai créé une recette de base (malts pâle plus ou moins malt crystal, un houblon amérisant que j’avais en stock) que j’ai adapté pour 500 ml de bière. Le houblon importe peu pour autant qu’il soit le même pour les différents « brassins ».

ATTENTION : ce qui est décrit ci après n’est pas le test « parfait », il s’agit de la mise en pratique d’un test décrivant ma première mise en pratique d’un test décrit par un autre auteur. Mes adaptations proposées après cette expérience seront décrites dans la conclusion.

Concasser les grains

Facile.

  • Peser les différents ingrédients
  • Concasser. J’ai testé un rouleau à pâtisserie comme l’auteur le décrit dans son article. Ca marche mais je ne le ferais pas pour un grand nombre de test car ça fatigue plus vite que le moulin.
Comment faire sa bière : Tester ses ingrédients

Concasser avec un rouleau à pâtisserie.

 

« Empâtage »

  • Le malt est laissé dans de l’eau à 66 °C pendant 20 minutes. Il s’agit donc d’un test avec monopalier de température. Un test multipalier est possible mais serait plus difficile à mettre en oeuvre je pense. Je vais y réfléchir afin de pouvoir l’adapter en ce sens.
Comment faire sa bière : Tester ses ingrédients

Malt concassé

Comment faire sa bière : Tester ses ingrédients

Empâtage

Filtration

  • Un petit filtre suffit, surtout pour mes pots qui n’ont pas une grande contenance.
  • Après filtration, on peut déjà voir la différence de couleur entre le brassin avec et sans malt cara-crystal.
Comment faire sa bière : Tester ses ingrédients

Après filtration.Base + Cara-crystal à gauche, malt de base seul à droite.

Ebullition

  • Au micro-onde. Après avoir longtemps hésité, j’ai quand même mis le résultat obtenu au micro onde. On verra bien ce que ça donne.
  • Dès l’ébullition, ajout d’un bon gros pellet de houblon.
  • Ebullition pendant 60 minutes.

ATTENTION ! Premier gros souci ! Pendant l’ébullition, la future bière a la fâcheuse tendance à vouloir sortir du pot ! J’ai dû réduire le temps d’ébullition à 30 minutes sinon je n’aurais plus rien eu à fermenter. Ce point là aussi mérite vraiment de s’y attarder. Il faut améliorer la technique pour ne plus avoir ce souci.

J’ai envoyé un email à l’auteur pour avoir sa technique plus complète sur ce point.

Réponse de l’auteur du blog :  » There is a product we use called Fermcap S that you cand find online.  It helps a lot. » Un produit « Foam Control », reste à trouver ça. Je ne l’ai pas trouvé chez mon fournisseur habituel. Dès que je trouve, je vous préviens.

Refroidissement

  • J’ai complété ce qu’il me restait de moût avec de l’eau pour atteindre mes 500 ml. J’espère qu’il m’en restait assez pour bien fermenter.
  • Refroidissement au frigo pendant 3h30 avant d’arriver à 22°C.
Comment faire sa bière - Tester ses ingrédients

Refroidissement

Ensemencement

  • Ajout d’une levure toute simple en sachet : 2 gr dans chaque pot.

Conclusion

Ce test en est actuellement à sa phase finale. Après 2 semaines de fermentation, je viens de mettre en bouteille près avoir rajouté 7g/litre de sucre (soit 4g). Dégustation dans 2 semaines, je vous tiens au courant.

Points positifs :

  • Test très facile et très rapide. Il permet de gagner facilement une journée de brassage. J’en ai eu pour 2 heures tout compris, de la pesée des ingrédients à l’ensemencement.
  • Permet de tester un seul ingrédient à la fois, même du malt. Ce qui est difficile à faire avec un test classique

Points négatifs :

  • Quelques problèmes techniques encore non résolus. j’y travaille.
  • Test utilisant un monopalier de température. Il n’est pas certain que l’effet soit le même avec du multipalier.
  • De nombreuses adaptations sont nécessaires pour correspondre à mes attentes mais aucune ne parait irréalisable.

En bref

Je dirais très bonne base pour un test d’ingrédients. Je vous ai décrit ici ma première expérience avec ce test. J’en referai d’autres afin d’améliorer la technique et de la faire correspondre à ma manière de brasser. Une fois ceci fait, je vous fait part de ma technique complète. Laissez moi juste le temps de bien tout tester.

Et vous?

Que pensez vous de ce test? Le mien comme celui décrit par l’auteur? Des suggestions d’améliorations possibles? Laissez moi un commentaire ci dessous avec votre avis. N’hésitez pas à partager cet article sur les réseaux sociaux (Facebook,…) si vous avez aimé.