Mettre sa bière « maison » en bouteille :

le processus d’embouteillage

Ca y est, il est temps de mettre votre bière en bouteille : la fermentation secondaire s’est bien passée et vous êtes impatients de pouvoir libérer votre cuve pour le prochain brassin. Je vais, dans l’article qui suit, vous donner les principales informations pour ce faire.

Se préparer au mieux pour que l’embouteillage soit simple et rapide

De quel matériel aurez-vous besoin pour mettre votre bière en bouteille? Tout d’abord, il vous faudra un produit désinfectant, une tour de séchage pour les bouteilles, des bouteilles, une balance électronique, du dextrose en poudre, des capsules et une capsuleuse.

Avec tout ceci, tout devrait aller comme sur des roulettes.

Mais, bien que votre bière « semble » parfaite, une petite vérification de densité s’impose avant de se lancer dans la grande aventure de l’embouteillage. Cette étape est primordiale, car une densité trop haute pourrait faire exploser les bouteilles. Bon, ok, ça c’est dans le pire des cas mais cela pourrait au minimum mettre tellement de pression à l’intérieur de vos bouteilles qu’au moment de la dégustation, tout le précieux breuvage va sortir de la bouteille. C’est une expérience que vous ne voulez assurément pas vivre.

Densité idéale = 1010 ou inférieure

Densité > 1013 = DANGER (attendre 4-5 jours puis remesurer)

(Note : parfois, la densité finale sera supérieure à 1013. Je vous décrirai dans le chapitre sur la densité comment être sûr que l’on peut mettre sa bière en bouteille à une densité supérieure à 1013 )

mettre sa bière en bouteille : densité

Densité aux environs de 1010 :
embouteillage possible

 

Si la densité est bonne, avant de débuter, prenez le temps de tout désinfecter et… c’est parti!

Ah non, c’est vrai, je dois vous parler d’une expérience vécue très très très frustrante : le manque de bouteilles! Assurez-vous d’avoir assez de bouteilles. Oui, je sais, ceci semble un peu ridicule, mais parfois, on calcule un peu vite et voilà, on se retrouve comme… Bref, comptez et recomptez pour être bien certain d’avoir le bon nombre de bouteilles.

Maintenant, tout est OK, on peut y aller.

Mettre sa bière en bouteille, étape par étape.

 

1 – Tout d’abord, il faut faire couler le bain, puis ajouter le produit désinfectant (voir le mode d’emploi pour connaitre le dosage). Il se peut que cela sente un peu le chlore, c’est tout à fait normal. Puis, l’on plonge les bouteilles et les bouchons, tout ça en même temps dans le bain, on remplit bien toutes les bouteilles, on recouvre le tout et on laisse tremper pendant la durée indiquée sur l’étiquette du produit aseptisant. Souvent, 10 minutes suffisent, parfois moins mais c’est parfois un peu plus long. Souvenons-nous qu’il vaut toujours mieux trop que pas assez.

Mais, ne pensez pas que vous allez vous la couler douce pendant ce temps-là! Non, non, non, il faut préparer la bière avant de la mettre en bouteille.

2 – Pour cela, faites bouillir une tasse d’eau (+- 250 ml). Pendant que l’eau se prépare à bouillir, mesurez votre dextrose. C’est ici que la balance électronique est bien utile.

Entre 6 et 10 grammes de dextrose pour 1 litre de bière

Puis, incorporez le dextrose dans l’eau pour obtenir une sorte de sirop, puis le sirop dans la bière.

 

Attention !

Trop de sucre donnera également trop de pression et risque de bouteilles explosives !

Il ne faut pas mettre plus de sucre sous prétexte que cela va augmenter le taux d’alcool.

 

3 – Parallèlement, mettez les bouteilles à sécher sur la tour. Personnellement, j’en retire toujours quelques-unes qui ne me paraissent pas tout à fait nettes (d’où très certainement, maintenant que je vous en parle, mon problème de comptage évoqué plus haut. Il faudra que j’y pense la prochaine fois!), mais c’est à chacun d’y voir. Le temps de séchage est d’environ 30 minutes mais à adapter évidemment en fonction de votre expérience.

 

Avant de mettre sa bière en bouteille: sécher les bouteilles

Avant de mettre sa bière en bouteille:
sécher les bouteilles

4 – Transvaser le fut de fermentation dans un autre afin d’éliminer le dépôt qui se trouve au fond. Le sédiment n’est pas très bon et ne mérite pas de finir dans vos bouteilles.

mettre sa bière en bouteille : transvaser

Transvaser la bière dans un autre fût de fermentation pour éviter les dépôts.

mettre sa bière en bouteille : sédiment - dépot

Après avoir transvasé la bière, il reste un sédiment au fond de la cuve.
Ici, il y a en plus des copeaux de chênes utilisés pendant la fermentation secondaire pour le goût.

 

5 – Ensuite, les choses sérieuses commencent. Terminée la préparation, on entre dans le cœur de l’action.

 

L’étape du remplissage à proprement parler commence (bien que « proprement » ne soit pas un terme véritablement approprié. Avec l’expérience, je dispose pour ma part désormais à chaque fois un linge sur le sol, c’est plus prudent en cas de débordements qui dans mon cas sont tout de même fréquents). L’on place donc le bac de fermentation un peu en hauteur. Ensuite,… tadam, on remplit les bouteilles. C’est un peu grisant (même si l’on ne boit pas une seule goutte), car l’on arrive enfin au terme des opérations et l’heure de la dégustation approche (quoique… nous allons en reparler dans quelques lignes… mais, disons simplement pour le moment que « la patience est une vertu », n’est-ce pas?) Ceci dit, il faut rester bien concentré pour perdre le moins possible de ce précieux nectar!

 

Mettre sa bière en bouteille

L’embouteillage proprement dit.

6 – Puis, il faut mettre les capsules à l’aide de la capsuleuse et tout nettoyer et tout ranger… pour la prochaine fois!

Mettre sa bière en bouteille : bouteilles capsulées

Mélange de bouteilles déjà capsulées et d’autres encore à capsuler.

 

Mettre sa bière en bouteille : capsule

Fermeture de la bouteille à l’aide de la capsuleuse.

Ensuite… Ttttt, non, non, non, pas tout de suite. S’il vous plaît, reposez cette bouteille et votre décapsuleur. Un délai d’au moins trois semaines doit être observé afin que la bière termine de fermenter adéquatement. Sans cette phase de fermentation en bouteille, pas de pétillant. La fermentation tertiaire en bouteille permet de rajouter du gaz carbonique dans la bière à l’intérieur de la bouteille. Sous l’effet de la pression, celui-ci va s’incorporer à la bière et donner le pétillant. C’est pourquoi il ne faut pas mettre trop de sucre car plus il y aura de sucre, plus il y aura de gaz carbonique et plus il y aura de pression.

 

Oui, la première fois, c’est vrai, c’est dur d’attendre encore toutes ces semaines, j’en conviens. Mais ensuite, vous continuez de boire les bouteilles du lot précédent pendant ce temps et un roulement s’opère ainsi de manière à ce qu’il y ait toujours des bouteilles prêtes à être consommées.

Allez, encore un peu de patience, juste trois petites semaines (ceci étant dit, si vous tenez une semaine de plus, ce ne sera que meilleur…).

Courage et au plaisir de vous retrouver pour d’autres articles.

Laissez moi un commentaire ! J’adorerais savoir si vous avez des anecdotes, trucs, astuces,… concernant la mise en bouteille de vos bières. Ou peut être des questions ? N’hésitez pas, c’est juste la en dessous.